Du 3 au 9 février, Maison de la Grève.

US Apocalypse

Quelques jours pour penser depuis l'Amérique du Nord et Rennes Métropole la fin du monde, et son au-delà.

Viens !

C’est ainsi que s’achève l’Apocalypse de Jean, le dernier texte du nouveau testament chrétien, et que commence notre civilisation. Un mot qui donnera la tonalité de 2000 ans d’histoires.

Ce « Viens ! » la traversera, de part en part, et en profondeur.

Il annonce le retour imminent du Christ. Il marquera le signe de la fin des temps, l’instauration de la cité de Dieu, la victoire des bons sur les méchants pour les siècles des siècles. Mais il ne viendra pas. Ce sera le « Viens ! » du gouvernement, de la suspension. Le « Viens ! » d’un temps qui n’est pas là, d’un temps à venir. Et finalement, le « Viens ! » de la soumission au temps présent, en attendant. « Ils attendaient le retour du Christ, et c’est l’Eglise qui est venue ».

D’autres l’entendront comme un « Viens ! » gratuit, rageur et sensuel, mystique. Un appel à nous-même, ici-même, au soulèvement de l’âme. Un appel au présent, à ce qui est là, tellement proche, muré dans la routine de soi, dans la répétition du monde. Viens à moi. Viens en moi. Réveille-moi.

Pour d’autres encore, ce sera le « Viens ! » révolutionnaire. Un « Viens ! » qui appel, comme un mantra, un hymne ou un cri, pour tout changer, pour tous, définitivement. Viens en nous. Réveillons-nous.

Ces quelques jours pour penser et goûter avec ces possibilités du monde.

Viens !

Semaine US Apocalypse

Le programme est susceptible de changer.

Avant

- le 28 janvier 28h00 Lecture de Deleuze : « Nietzsche et Saint-Paul, Lawrence et Jean de Padmos », préface de Apocalypse de D.H. Lawrence. "La modernité de l’Apocalypse est moins dans les catastrophes annoncées que dans « l’instauration démente d’un pouvoir ultime, judiciaire et moral »" .

Pendant

- le 3/02 : 20h30 | PROJECTION
Las Vegas Méditations, en présence du réalisateut Florent Tillon. « Ville du degré zéro de l’urbanité, de l’architecture et de la culture, ville du degré zéro de la sociabilité, de l’art et de la pensée. Ville du trop qui devient sans, de l’excès qui se mue en défaut, de la profusion qui tourne en privation. » Bruce Bégout - Zeropolis

- le 4/02 : 20h30 | PRESENTATION
Messianisme, rédemption et métamorphose. Analyse de l’inspiration apocalyptique dans les différents courants messianiques, bouleversés par la kabbale lourianique et Sabbataï Tsévi, et dont les conséquences courent jusqu’à nous qui en racontons l’histoire.

- le 5/02 : 20h30 | PRESENTATION
Anthropocène : analyse de l’effondrement de la civilisation (USA). Bienvenue à l’ANTHROPOCÈNE : l’ère dans laquelle les humains sont devenus une force assez puissante pour dissoudre la société humaine elle-même, rivalisant avec celle d’un super-volcan ou d’une astéroïde.

- le 6/02 : 15h00 | PRESENTATION
Fukushima. Vers le nord ou vers l’ouest : à la recherche d’un paradis en enfer (qui n’existe pas) (JAPAN). Le meilleur moyen de faire face à l’accident nucléaire, c’est de partir : tu abandonnes la terre contaminée et recommences une nouvelle vie ailleurs.

- le 6/02 : 20h30 | FILM
Detroit ville sauvage, en présence du réalisateur Florent Tillon. Bienvenu à Détroit, capitale du crime où l’herbe pousse sur les parkings et où les bâtiments s’effondrent. Ici, un nouveau mode de vie prend forme, et même si les graffitis annoncent des jours apocalyptiques, il n’y a aucune raison de paniquer. Résurrection urbaine après le désastre invisible du XXIe siècle.

- le 7/02 : 19h00 | APERO
Apéro survivaliste : dégustation d’insectes.

- le 7/02 : 20H30 | DISCUSSION
Fictions apocalyptiques. La guerre des usages politiques de cet imaginaire décisif.. L’apocalypse présente n’est pas le début de la fin, mais son ajournement perpétuel. La crise permanente n’est plus la crise classique qui signifiait “moment décisif”, fin de la suspension, mort ou salut, c’est l’état du monde, et de sa gestion.

- le 8/02 : 20h00 | FILM + CONCERT
Projection (Unclear holocaust) et Concert (Kawaii mort) dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.

Après

- A des dates non définies : Visite de la tenture de l’Apocalypse au château d’Angers - http://angers.monuments-nationaux.fr/ et cours sur l’icônographie Apocalyptique. Si vous voulez être tenu au courant ou proposer des films, des ateliers, des discussions... Faites-nous signe.



mardi Janvier 2014
18h 00

« Nietzsche et Saint-Paul, Lawrence et Jean de Padmos », préface de Deuleuze à Apocalypse de D.H. Lawrence


Lecture


En écrivant son commentaire de l’Apocalypse, DH Lawrence renverse l’idée qu’on se fait communément du christianisme : ce qu’il prône n´est pas la bonté et le renoncement au pouvoir du Christ ; L´Apocalypse est le récit des faibles — les premiers Chrétiens — qui veulent s´emparer un jour du pouvoir des forts symbolisé par Babylone, c´est-à-dire Rome. D’après Gilles Deleuze, la modernité de l’Apocalypse est moins dans les catastrophes annoncées que dans " l’instauration démente d’un pouvoir ultime, judiciaire et moral. "



lundi Février 2014
20h 30

Las Vegas Méditations


Projection


Entre vacarme de moteurs endiablés et figures acrobatiques extrêmes, des motos surgissent du désert et nous emmènent sur l’autoroute de Vegas.Sur le panneau « Welcome » de la ville, des bancs de touristes se prennent en photo à la chaîne.Dans un bar paumé, un col blanc trentenaire habillé en fan de Trash Metal se demande si sa vie n’est pas une blague. Son brillant groupe de Metal post-apocalyptique Dead Neon en est à sa deuxième démo, il se dit que c’est un début.

Entre ses banlieues abandonnées, l’épuisement radical de ses ressources naturelles, l’immoralité permanente de sa culture,Las Vegas est devenu la ville de la fin du monde, cristallisant toutes nos angoisses, fascinante Babylone de carton-pâte.

Que devient le sens de l’existence lorsque l’on vit dans une ville condamnée à disparaître ? Comment envisage-t-on l’avenir ? Comment est-ce que l’on s’y prépare ?



mardi Février 2014
20h 30

Messianisme, rédemption et métamorphose


Présentation


Au premier chapitre de son ouvrage décisif sur le messianisme juif, Scholem distingue les deux courants essentiels de ce mouvement protéiforme, à la fois religieux et politique : d’un côté, un courant restaurateur, visant au rétablissement du royaume - perdu et détruit - d’Israël ; et, de l’autre, un courant utopique, aspirant à un monde totalement inédit, entièrement nouveau quant à ses formes et quant à ses bases, un monde intégralement rédimé, transformé, métamorphosé.

Ces deux courants se nourrissent à une même source, celle de la tradition prophétique, d’où provient en partie ce qui fut d’abord une doctrine mystique : l’apocalyptique. Cette distinction entre un courant restaurateur et un courant utopique au sein du messianisme juif s’est progressivement muée en une division radicale. C’est cette division qu’il nous faut à nouveau divisé : il s’agit, pour nous, de voir ce qui appartient à l’élément apocalyptique, d’un côté, et ce qui relève de l’élément messianique proprement dit, à partir d’une nouvelle définition du messianisme.

Cette notion connaît un très profond bouleversement grâce aux efforts d’une nouvelle école de la kabbale juive, - qui en figure également le couronnement, - celle d’Isaac Louria, au XVIème siècle. C’est cette kabbale qui, à un siècle de distance, a inspiré l’extraordinaire mouvement messianique de Sabbataï Tsévi, au cours du XVIIème sicèle, et dont les conséquences ont couru jusqu’à la Révolution française - et jusqu’à nous, qui en racontons l’histoire.



mercredi Février 2014
20h 30

L’Anthropocène ("Jusqu’ici tout va bien mais ça pourrait bien être la fin du monde")


Présentation


Les glaciers fondent, Le Soudan, l’Égypte, la Syrie sont en flammes et partout des selfies font face à la dissolution du soi en attendant le grand déluge, une cohorte de zombies ou le prochain ouragan Sandy ou Katrina. Bienvenue à l’ANTHROPOCÈNE : l’ère dans laquelle les humains sont devenus une force assez puissante pour dissoudre la société humaine elle-même, rivalisant avec celle d’un super-volcan ou d’une astéroïde. Les humains, c’est à dire une entité capable de déchaîner des septillions de kilojoules d’énergie terrestre en un instant.

Cette discussion traitera de notre époque : une époque géologique nouvelle au cours de laquelle les humains ont eu un plus grand impact stratigraphique sur la Terre que tout autre processus ou forme naturel. Peuplant cet ère, notre civilisation s’acharne à rester viable, travaillant sans répit à maitriser l’environnement aussi bien qu’elle-même... et toujours au delà de ses propres limites. Le concept d’anthropocène n’annonce pas le triomphe de l’humanité mais son épuisement (du moins dans la forme dans la quelle elle se maintient). Marqué par la fonte de kilomètres de glace, des grandes tranches de côte avalées par la mer, la croissance du désert, l’expansion du flux phamaceutique (pour les humains, les animaux domestiques, les plantes), et l’existence même du film Her, l’Anthropocène s’approprie tout et dans ce mouvement fait grandir le désastre. Cela constitue le tissu et l’environnement de notre vie. L’intervention sera une lecture métaphysico-historique de “l’âge de l’homme”. Nous tenterons un examen post-mortem des infrastructures, peuples, et cours d’eau que les géologues, sous le concept d’anthropocène, se sont mis à étudier comme s’il s’agissait de rochers, de fossiles d’une civilisation morte. Un objectif clé de cette discussion sera de commencer à mettre en mots le sentiment commun qui nait de cette analyse pour lui donner une consistance concrète, élaborer un langage, des paramètres, et une stratégie pour affronter cette nouvelle réalité. Nous voulons forcer cette question : Étant donné que nous habitons dans une ruine, COMMENT VIVRE DANS UNE RUINE ?



jeudi Février 2014
15h 00

Fukushima. Vers le nord ou vers l’ouest : à la recherche d’un paradis en enfer (qui n’existe pas)



Le meilleur moyen de faire face à l’accident nucléaire, c’est de partir : tu abandonnes la terre contaminée et recommences une nouvelle vie ailleurs. Mais c’est pas évident. On va discuter cette difficulté dans le contexte de Fukushima en examinant un livre de Rebecca Solnit, *A Paradise Built in Hell : The Extraordinary Communities That Arises in Disaster *(2010, non traduit en français).



jeudi Février 2014
20h 30

Détroit ville sauvage


Projection


Bienvenu à Détroit, capitale du crime où l’herbe pousse sur les parkings et où les bâtiments s’effondrent. Ici, un nouveau mode de vie prend forme, et même si les graffitis annoncent des jours apocalyptiques, il n’y a aucune raison de paniquer. Detroit Ville Sauvage observe avec intelligence, coolitude, philosophie et distance, les changements dans les paysages urbains à ce moment historique où le “post” s’écrit avant “utopie” ou “dollar”.

D’invisibles désastres ont ruiné la ville. Tout ce qui reste sont des spots radio pour lutter contre l’endettement, des gangs de chiens errants, et un mystérieux tas de bibles calcinées. Mais au delà de ça, les gens ont commencé à se réorganiser en sociétés autonomes, où les pionniers font pousser des légumes et croient de nouveau au futur. Florent Tillon dirige sa camera sélective vers où les nouvelles idées poussent, parmi les ruines du 20ième siècle et de son “progrès éternel”. Et rien que de savoir que quelque chose de nouveau est en train de se passer est déjà en soi une bonne nouvelle…



vendredi Février 2014
19h 00

Dégustation d’insectes


Apéro survivaliste




vendredi Février 2014
20h 30

Fictions apocalyptiques. La guerre des usages politiques de cet imaginaire décisif.


Discussion


L’apocalypse présente n’est pas le début de la fin, mais son ajournement perpétuel. La crise permanente n’est plus la crise classique qui signifiait “moment décisif”, fin de la suspension, mort ou salut, c’est l’état du monde, et de sa gestion. Elle est fin sans fin, apocalypse durable, suspension indéfinie, différemment efficace de l’effondrement effectif, et pour cela état d’exception permanent.

La fiction Apocalyptique (et sa version capitaliste, de la « crise ») qu’elle soit dans la bouches des gouvernants ou des réalisateurs de films est une opération politique à plusieurs étages :

Déstabilisation. Les effondrements boursiers du monde, la mise en cessation de paiement de pays entiers, l’instabilité planétaire la plus fracassante ne doivent pas nous abuser : il n’y a pas présentement de crise du capitalisme en tant que commandement politique global. Ce qu’il y a, c’est un discours capitaliste de la crise, qui forme depuis les années 1970 une nouvelle technique de gouvernement. « Prévenir par la crise permanente toute crise effective ». Cela s’apparente, à l’échelle du quotidien, à la pratique contre-insurrectionnelle bien connue du « déstabiliser pour stabiliser », qui consiste pour les autorités à susciter volontairement le chaos afin de rendre l’ordre plus désirable à la population que la révolution.

Dépolitisation. Dans sa version apocalyptique, le changement vient d’un ailleurs totalement étranger : comète, martiens, dieux, zombies. Parfois plus familier : cataclysme climatique, guerre nucléaire, épidémie. Il en est de même quand il s’agit de la « crise » : marchés, spéculateurs, étrangers ou encore fainéantise. Au final le même effet : les changements majeurs de sont pas l’œuvre des hommes et si elles le sont, c’est contre leur volonté et à leurs dépends. Notre seule attitude possible est la réaction, et au pire l’attente. Et d’ici là, passer le temps.

Anticipation. Dans le même temps, les gouvernements travaillent à une ingénierie toujours plus fine permettant à leur pouvoir et à l’économie de perdurer, quoi qu’il se passe. Pensant les iunfrastructures de communications, de transports ou énergétiques, la résilience devient la science d’un gouvernement durable (face au catastrophe) et diffus (pour tenir, la décentralisation est plus efficace).

Maintenant.

Que peut-on apprendre de ce mouvement ? Comment s’en inspirer, le contrer ? Est-ce qu’une modification des formes de pouvoir appelle une modification des formes de résistances ?

Comment dans la catastrophe qui vient et qui ne vient jamais, dans cette catastrophe d’un temps qui n’est pas vraiment là, faire durer et consister un temps présent ? Comment dans un embrassement, résister à la fatigue et à la peur, le faire durer ? Comment le susciter ?

Comment ne pas revenir à la normale ? Comment s’épaissir ?



samedi Février 2014
20h 00

Unclear Holocaust


Projection


Dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.

Détourné par le L’anti-banalité syndicat. 65 mins U.SS.A.

(Tout le contenu du film est protégé par le Fair Use Clause of the Copyright Act of 1976.) Unclear Holocaust est une longue autopsie du fantasme hollywoodien de la destruction de New-York glanée à travers une cinquantaine d’importants bluckbusters détournés pour réaliser une orgie ininterompue d’images de génocide. C’est un assemblage sans précédent d’énormes doses de capital et de propriété privée et tout ça dans un même film, qui, grâce à la mystérieuse efficacité de sa narration finit par s’anéantir dans un flots de feu, d’eau et d’aéronautique

A.B.U. Communiqué #1
« Un film Terroriste qui cambriole la propagande américaine et explose sur New-York. Tout est anéantit et le monde applaudit. A travers une cinquantaine de blockbusters détournés de leur prétention demokratique, on voit le Cinéma tel qu’il est : une anihilation sans retour, le fantasme d’auto-génocide de masse d’un monde dépressif et mégalomaniaque . L’écran se lève sur l’obscène derrière chaque image. Les personnages et la narration brûlent dans les mouvements brutaux d’une caméra psychotique d’où émane toute la violence. La mise en scène fait l’inventaire de l’arsenal visuel de la domination, enumérant et mesurant la puissance des armes du Spectacle. Le complexe militaro-hollywodien les utilise avec une rigueur exemplaire afin de lancer une attaque pour se prémunir de son ombre, le Terroriste. Et, comme dans toutes les rencontres avec son double, le protagoniste finit par s’auto-détruire. »



samedi Février 2014
22h 00

Kawaii mort


Concert


Dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.



texte

On connaît l’apocalypse comme le dernier concept coolifié d’une époque en ruine. Partout on nous dit que la fin est proche. Les chrétiens nous bassinent avec leur mythe salvateur et les forces antagonistes ne cessent de prédire l’effondrement de la civilisation, une sorte de croyance en la rupture, oui, on y a cru un moment parce que les mythes nous atteignent encore. Mais on constate aussi que le monde n’en finit pas, de s’effondrer. Que c’est bien ce sur quoi les nouvelles formes de gouvernementalités sont constituées, sur l’effondrement. Gouverner cet effondrement de catastrophe en catastrophe, de misère existentielle en misère existentielle.

Nous vivons dans une époque en ruine et qui se porte bien. Les ruines sont l’esthétique, le décor au milieu duquel le monde suit sont cours. Je n’ai jamais foutu les pieds à Détroit et pourtant les ruines de cette ville ont déjà colonisé mon imaginaire, je me demande bien si on peut y traîner sans y croiser un photographe. Un nouveau lieu branché s’est formé au sein du ghetto, une sorte de musée à ciel ouvert du post- apocalyptique.

Les américains sont des milliers à se préparer à une catastrophe naturelle ou non, une de celle qui ravagerait la côte Est, une attaque de terroristes ou de zombies. Les « preppers », un mouvement de préparation dans l’attente, celle d’avoir l’opportunité de devenir le héros de sa propre vie, d’avoir le premier rôle de tous ces films hollywodiens catastrophistes que la planète bouffent en permanence. Paraîtrait qu’à Vegas y’a des magasins spécialisés dans la revente de balle anti-zombie, sérieux ? Las Vegas qui en attendant s’apprête à vivre une pénurie de flotte, et regorge de groupe de Métal aux paroles scandant la fin du monde.

Se remettre de Fukushima est un bien grand mot. Les gouvernements ont trouvé dans certaines catastrophes de grandes opportunités de perfectionnement, un réaménagement du territoire, un test de fonctionnement d’une infrastructure ou d’une stratégie de contre-insurection... Pour autant cela reste des catastrophes limitées dans le temps, un ouragan, un raz de marée, un crash économique. Fukushima c’est l’éternité. Fukushima nous montre combien il n’y a pas d’autre monde possible que celui qui est là, pourri par les radiations. De toute façon qui peut encore aujourd’hui se targuer de changer le monde ? Le déclin des contre-sommets nous en donne une certaine preuve. L’alternative maintenant c’est la connexion, la circulation ininterrompu des flux : les assemblées d’Occupy sur tweeter, le cabinet d’Obama qui pense sérieusement à la cyberdémocratie et Google qui se vante de pouvoir négocier son propre Etat où leur plate-forme serait le nouveau pouvoir.

Et merde on peut même plus avoir un bon vieux black out sans que les black Berry continuent à assurer les communications.

Difficile de mêler Apocalypse et devenir révolutionnaire. Peut être qu’il nous faudrait s’attacher à ce qu’il y a de devenir dans ce goût pour le black out. Imaginez les transports parisiens. Un parisien ça passe son temps à être transporté. On dit bien « transporté » comme un paquet. Je te raconte pas le nombre d’heures par jour à être complètement absent. Transporté comme un paquet, et là une panne de métro. Des centaines de paquets bloqués dans les sous-sols de Paris. Mais comme le paquet c’est pas qu’un paquet, le paquet quand il est bloqué il se réanime. Il commence à vivre dans cette nouvelle temporalité, une présence recouvrée, ici/ maintenant. Imaginons si le 4G n’avait pas permis que plus de la moitié des New Yorkais vivent leur ouragan Sandy derrière leur ordinateur à tweeter, retweeter et facebooker encore.

Si on aime le bordel, si on trip sur le black out, c’est qu’on croit à d’autres temporalités que le temps linéaire, que celle du but à atteindre. On croit à d’autres types de présences que celle qui attend de nous d’être des individus connectés, fascinés par la fluidité des métropoles radieuses, ceci est un mythe, explosons le, tout comme celui de la fin du monde.

La fin du monde n’arrivera pas dans un grand éclat spectaculaire, il n’y aura pas de grand soir suffisant, il n’y a pas la fin du monde puis son après. Il n’y a pas de paradis à nous attendre. La révélation on l’imagine maintenant et tout le temps. Fini d’attendre le moment où se serait tellement le bordel que la perspective d’aller bosser serait le truc le plus stupide à faire. Trouvons nous.

Bibliographie

Norman Cohn, Les Fanatiques de l’Apocalypse

L’incendie millénariste, disponible en pdf ici

Jacob Taubes, L’Eschatologie occidentale

Yves Christe pour les premiers siècles chrétiens et la canalisation institutionnelle de l’apocalypse

Daniel Arasse, Le Portrait du Diable

Jérôme Baschet, Justice de l’au-delà, sur le purgatoire, le Jugement dernier

Donald Weinstein sur Savonarole

Caroline Walker Bynum, Fragmentation and Redemption

Millard Meiss, The Black death sur les peintres et la peste à Florence

Joachim de Flore est l’auteur qui a réouvert la possibilité millénariste après l’identification par Augustin de l’Église et du millénaire. Voilà un site avec les diagrammes de ses manuscrits (diagramme de la progression historique des trois âges de l’histoire sur le modèle trinitaire et achevépar l’âge du Saint-Esprit).

Nouvelles du monde

Les messages qui suivent sont issus du réseau social Seenthis.net . Celui-ci permet "du short-blogging sans limite de caractères. De la recommandation de liens. Des automatismes pour rédiger facilement vos messages. Des forums sous chaque billet. De la veille d’actualité. Une thématisation avancée."

Ces message arrivent tout seuls ici et sont là pour donner un peu une actualité et une ambiance de ce qui se passera dans la semaine.

Vous pouvez en rajouter en vous inscrivant sur seenthis et en ajoutant les tags #it_has_begun, #apocalypse, #fukushima ou #ghost dans votre message.

États-Unis. Le tragique destin des enfants coréens adoptés puis expulsés une fois adultes | Courrier international
http://www.courrierinternational.com/video/etats-unis-le-tragique-destin-des-enfants-coreens-adoptes-pui
http://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_940/public/illustrations/thumbnails/video/ORAGvfeGrqc.jpg?itok=ILoODVg7

Quand Shin Song Hyuk avait 3 ans, il a été adopté par un couple d’Américains de Detroit, qui l’a emmené aux États-Unis. Sa nouvelle famille l’a renommé Adam mais n’a pas rempli le formulaire qui permet d’accorder la citoyenneté américaine aux enfants adoptés à l’étranger.

Quand il est devenu majeur, Adam était donc un étranger sans papier – ayant été abandonné par sa famille adoptive. Aujourd’hui âgé de 41 ans, il a été expulsé vers la Corée du Sud, un pays dont il ne connaît rien.


Le 16 juin
Agnès Maillard (@monolecte)
https://seenthis.net/messages/607558
city:detroit - Seenthis

These striking color photos of the Long Hot Summer riots show the full spectrum of the violence “In 1967, newspapers only ran black-and-white pictures”
https://timeline.com/these-striking-color-photos-of-the-long-hot-summer-riots-show-the-full-spe
https://cdn-images-1.medium.com/max/2000/1*J8wqBQbdJqxoehiObmdsFQ.jpeg

“The riots of 1967 are a black-and-white story in our minds. In the most common photos from the time, the fires, the blood, and the faces are all in gray scale. That’s because until fairly recently newspapers only ran black-and-white photos. The New York Times, for instance, didn’t introduce color pictures until 1993. So, that is the way we remember and learn about the past. Looking back from the 21st century, such photographs often have the peculiar effect of compartmentalizing history as something distant and settled.
But the Long Hot Summer happened in full spectrum.
The riots in Newark and Detroit, in particular, attracted international media attention, including that of the big picture magazines. Stunning color images of the conflicts and their aftermath created for Life by photojournalists like Lee Balterman and Declan Haun would be seen days after the news first broke in the black-and-white dailies. But while they may have appeared after the fact, color pictures would lend deeper context to the story for millions of readers. They carried an impact that black-and-white could no longer deliver — a visual impact not unlike the saturated hellscapes photographers like Larry Burrows and Horst Faas were bringing back from Vietnam. If the story of that summer was superficially one of embattled black Americans raging against the white status quo, it is these color images which deliver a more complicated, nuanced representation of the violence.”

#anima 2017 !
http://www.radiopanik.org/emissions/l-oeil-carnivore/anima-2017-

Ce mois-ci, Nous (Luke et Damien) avons invité #Nicolas_Fong pour évoquer son parcours et le Festival Anima 2017 de Bruxelles. Côté Musique, on écoutera #Kate_Tempest et #Stupeflip, et dans notre séquence « Vu sur le Web » Luke nous fait découvrir le site #Tested et la chaîne YouTube #G4_Icons.

Cet épisode a été enregistré le 18 mars 2017 dans les studios de Radio Panik et en partenariat avec Badgeek.fr. Vous pouvez retrouver l’article complet avec tous les liens et vidéos à l’adresse suivante : http://www.oeilcarnivore.com/?p=4976

Vu sur le web

Tested

http://www.tested.com https://www.youtube.com/user/testedcom https://www.youtube.com/user/testedcom/search?query=weta (série spéciale Weta Workshop)

Une série des 3 vidéos sont consacrées au nouveau film #Ghost_in_the_Shell (les masques des geisha, le (...)

#Tested,Stupeflip,Ghost_in_the_Shell,Kate_Tempest,Nicolas_Fong,G4_Icons,anima
http://www.radiopanik.org/media/sounds/l-oeil-carnivore/anima-2017-_03755__1.mp3

La revanche du slip #zombie !
http://www.radiopanik.org/emissions/l-oeil-carnivore/la-revanche-du-slip-zombie-

Ce mois-ci, on vous propose en compagnie de #bxlgeek une ballade du coté du #brussels_international_fantastic_film_festival aka #bifff.

Cet épisode a été enregistré le 15 avril 2017 dans les studios de Radio Panik et en partenariat avec Badgeek.fr. Vous pouvez retrouver l’article complet avec tous les liens et vidéos à l’adresse suivante : http://www.oeilcarnivore.com/?p=5034

Les invités

Nous avons reçu Sam et Thomas de BXLgeek (http://bxlgeek.com) qui sont venus nous parler du BIFFF (Brussels International Fantastic Film Festival) 2017.

Il ont sélectionné pour vous ces films :

#the_girl_with_all the Gifts https://www.youtube.com/watch?v=p1n4vpOjm5E

#hentai_kamen_2 https://www.youtube.com/watch?v=e_L3Tp5zGds

#late_shift https://www.youtube.com/watch?v=YqQOY-aQGzM

#swiss_army_man (...)

#ghost_in_the_shell #jim_henson #madeon #japon #matthew_squibb #daniel_radcliffe #orbit5 #labyrinth #ghost_in_the_shell,hentai_kamen_2,jim_henson,the_girl_with_all,madeon,late_shift,japon,swiss_army_man,bifff,matthew_squibb,brussels_international_fantastic_film_festival,daniel_radcliffe,orbit5,zombie,bxlgeek,labyrinth
http://www.radiopanik.org/media/sounds/l-oeil-carnivore/la-revanche-du-slip-zombie-_03753__1.mp3

Sea Ice Anomalies | National Snow and Ice Data Center :: Satellite Observations of Arctic Change
http://nsidc.org/soac/sea-ice.html#seaice

The maps and bar graphs show how the Arctic Ocean sea ice cover for different years and months compares to averages from 1979 to 2015. The maps show spatial patterns of the differences (anomalies) of sea ice concentration for each year and month. Sea ice concentration is the fraction of the ocean covered by sea ice and is expressed as a percentage. The bar graphs show anomalies of sea ice extent for the Northern Hemisphere as a whole. Sea ice extent represents all areas with at least a 15% ice concentration. The bar graphs of sea ice extent and the maps of ice concentration anomalies are based on the same data as used in the NSIDC Sea Ice Index. Continue reading...

#arctique #climat #cartographie

Lebanon: Don’t Resume Executions

Most recently, Interior Minister Nouhad Machnouk called last Friday for the application of the death penalty. Lebanon has an unofficial moratorium on the death penalty and has not carried out an execution since 2004, although courts continue to hand down death sentences. Any move to resume executions should be resisted.

https://www.hrw.org/news/2017/06/12/lebanon-dont-resume-executions
#peine_de_mort #it_has_begun #Liban #régression

Ghostlab 3 is here
https://www.vanamco.com/2017/06/06/ghostlab-3-is-here

“Ghostlab 3 focuses on making your responsive, multi-client development and testing workflow more efficient and fun. You can simultaneously browse any site that you’re developing or testing on multiple browsers and devices. Scrolls, link clicks, form fills and basically any interaction you can imagine are synchronized across all clients. This means you can go through any web workflow on multiple clients at once.”

#Ghostlab_mobile_RWD_test_DeviceLab_clevermarks


Le 12 juin
Nicolas Hoizey (@nhoizey)
https://seenthis.net/messages/606230
#ghost - Seenthis

Russia: Children, Students Targeted after Protests

(Moscow) – The authorities in numerous cities across Russia have harassed and intimidated schoolchildren and university students who participated in anti-corruption demonstrations on March 26, 2017, Human Rights Watch said today. Officials also harassed and intimidated parents for allowing children to take part in protests.

https://www.hrw.org/news/2017/06/11/russia-children-students-targeted-after-protests
#enfants #élèves #étudiants #Russie #répression #arrestation #it_has_begun #université

The Power of the Russian State vs. a Librarian

There is something particularly Orwellian about accusing a librarian of hate crimes because books under her care don’t jibe with government propaganda. That, in essence, is what a Russian court did in giving to Natalia Sharina a four-year suspended sentence because the Moscow Library of Ukrainian Literature, which she formerly headed, purportedly carried literature that didn’t match Russia’s official version of what’s happening in #Ukraine.

https://static01.nyt.com/images/2017/06/11/opinion/11sun2web/11sun2web-master768.jpg
https://www.nytimes.com/2017/06/10/opinion/sunday/the-power-of-the-russian-state-vs-a-librarian.html?ref=opinion&_r=0

#Russie #répression #livres #libraire #arrestation #Natalia_Sharina #littérature #it_has_begun

We’re on the brink of mass extinction — but there’s still time to pull back — ScienceDaily
https://www.sciencedaily.com/releases/2017/05/170531133301.htm
/images/2017/05/170531133301_1_540x360.jpg

Both ominous and hopeful, a new report paints a picture of the value of biodiversity, the threats it faces and the window of opportunity we have to save species before it’s too late.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5460751/pdf/emss-73029.pdf

Study reveals that green incentives could actually be increasing #CO2 emissions
https://phys.org/news/2017-06-reveals-green-incentives-co2-emissions.html
https://3c1703fe8d.site.internapcdn.net/newman/gfx/news/hires/2017/electriccars.jpg

Recently published in Canadian Public Policy, Irvine’s study compared the incentives for producing EVs [electric vehicles] that are found in the Corporate Average Fuel Economy (CAFE) standards, North America’s fuel-efficiency regulations, with new EV subsidy policies in Ontario, Quebec and British Columbia.

He found that, while the subsidies encourage the production of more EVs, they undermine the efficiency requirements of existing incentives for conventional vehicles. This results in a zero or negative near-term GHG benefit.

“Sometimes you have more than one policy aimed at a particular goal, and usually those policies are complementary,” Irvine notes. “But in this case, they work at cross purposes.”

#climat #voitures_electriques #effet_pervers

Aldo Brina | Demandeurs d’asile : le Conseil national recourt à la punition collective
https://asile.ch/2017/06/08/aldo-brina-demandeurs-dasile-conseil-national-recourt-a-punition-collective

https://asile.ch/wp/wp-content/uploads/2017/06/CartonRouge.jpg

Le Conseil national veut restreindre la liberté de mouvement de tous les demandeurs d’asile et personnes admises à titre provisoire. Une décision incompréhensible que doit corriger le Conseil des Etats, estime Aldo Brina, du Centre social protestant.

La mer, avenir de l’homme
https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-mer-avenir-de-lhomme

Touché de plein fouet par le changement climatique et les activités humaines, l’océan change à grande vitesse. Or il permet la subsistance de milliards d’individus et recèle peut-être les sources d’énergie de demain. À l’occasion de la Journée mondiale des océans, le 8 juin, retour sur les nombreuses études menées sur les flots, dans cet article paru dans le numéro deux de la revue « Carnets de science ».


Le 7 juin
CNRS - Le Journal (RSS) (@cnrs)
https://seenthis.net/messages/604959
#it_has_begun - Seenthis

Quantifying the effects of climate change

Last year was the hottest on record, Arctic sea ice is on the decline and sea levels continue to rise. In this context, satellites are providing us with an unbiased view of how our climate is changing and the effects it is having on our planet.

https://pbs.twimg.com/card_img/871747256415920130/my7Etf9-?format=jpg&name=600x314#.jpg
http://www.esa.int/Our_Activities/Observing_the_Earth/Space_for_our_climate/Quantifying_the_effects_of_climate_change
#changement_climatique #climat #cartographie #visualisation

Two ways to tackle livestock’s contribution to the climate crisis
GRAIN and IATP, 25 April 2017
https://www.grain.org/article/entries/5692-two-ways-to-tackle-livestock-s-contribution-to-the-climate-crisis

If we did everything currently prescribed to stop climate change (stop extracting and burning fossil fuels, convert to renewable energies, etc.) except cut back on industrial meat, the planet would still be in danger of the ‘cataclysmic’ warming scenario of 4ºC by the end of the century.

à ajouter aux compilations :
https://seenthis.net/messages/524060
https://seenthis.net/messages/499739

#effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène
#réchauffement_climatique #dérèglement_climatique
#viande


Le 6 juin
Dror@sinehebdo (@sinehebdo)
https://seenthis.net/messages/604630
#it_has_begun - Seenthis



CONTACT

Email
agi-rennes arobase riseup point net

Adresse
Hébergé chez l'association APRIL
37 rue legraverand
35000 Rennes, France.

NOUS SUIVRE

Un mini-site de la Maison de la Grève