Du 3 au 9 février, Maison de la Grève.

US Apocalypse

Quelques jours pour penser depuis l'Amérique du Nord et Rennes Métropole la fin du monde, et son au-delà.

Viens !

C’est ainsi que s’achève l’Apocalypse de Jean, le dernier texte du nouveau testament chrétien, et que commence notre civilisation. Un mot qui donnera la tonalité de 2000 ans d’histoires.

Ce « Viens ! » la traversera, de part en part, et en profondeur.

Il annonce le retour imminent du Christ. Il marquera le signe de la fin des temps, l’instauration de la cité de Dieu, la victoire des bons sur les méchants pour les siècles des siècles. Mais il ne viendra pas. Ce sera le « Viens ! » du gouvernement, de la suspension. Le « Viens ! » d’un temps qui n’est pas là, d’un temps à venir. Et finalement, le « Viens ! » de la soumission au temps présent, en attendant. « Ils attendaient le retour du Christ, et c’est l’Eglise qui est venue ».

D’autres l’entendront comme un « Viens ! » gratuit, rageur et sensuel, mystique. Un appel à nous-même, ici-même, au soulèvement de l’âme. Un appel au présent, à ce qui est là, tellement proche, muré dans la routine de soi, dans la répétition du monde. Viens à moi. Viens en moi. Réveille-moi.

Pour d’autres encore, ce sera le « Viens ! » révolutionnaire. Un « Viens ! » qui appel, comme un mantra, un hymne ou un cri, pour tout changer, pour tous, définitivement. Viens en nous. Réveillons-nous.

Ces quelques jours pour penser et goûter avec ces possibilités du monde.

Viens !

Semaine US Apocalypse

Le programme est susceptible de changer.

Avant

- le 28 janvier 28h00 Lecture de Deleuze : « Nietzsche et Saint-Paul, Lawrence et Jean de Padmos », préface de Apocalypse de D.H. Lawrence. "La modernité de l’Apocalypse est moins dans les catastrophes annoncées que dans « l’instauration démente d’un pouvoir ultime, judiciaire et moral »" .

Pendant

- le 3/02 : 20h30 | PROJECTION
Las Vegas Méditations, en présence du réalisateut Florent Tillon. « Ville du degré zéro de l’urbanité, de l’architecture et de la culture, ville du degré zéro de la sociabilité, de l’art et de la pensée. Ville du trop qui devient sans, de l’excès qui se mue en défaut, de la profusion qui tourne en privation. » Bruce Bégout - Zeropolis

- le 4/02 : 20h30 | PRESENTATION
Messianisme, rédemption et métamorphose. Analyse de l’inspiration apocalyptique dans les différents courants messianiques, bouleversés par la kabbale lourianique et Sabbataï Tsévi, et dont les conséquences courent jusqu’à nous qui en racontons l’histoire.

- le 5/02 : 20h30 | PRESENTATION
Anthropocène : analyse de l’effondrement de la civilisation (USA). Bienvenue à l’ANTHROPOCÈNE : l’ère dans laquelle les humains sont devenus une force assez puissante pour dissoudre la société humaine elle-même, rivalisant avec celle d’un super-volcan ou d’une astéroïde.

- le 6/02 : 15h00 | PRESENTATION
Fukushima. Vers le nord ou vers l’ouest : à la recherche d’un paradis en enfer (qui n’existe pas) (JAPAN). Le meilleur moyen de faire face à l’accident nucléaire, c’est de partir : tu abandonnes la terre contaminée et recommences une nouvelle vie ailleurs.

- le 6/02 : 20h30 | FILM
Detroit ville sauvage, en présence du réalisateur Florent Tillon. Bienvenu à Détroit, capitale du crime où l’herbe pousse sur les parkings et où les bâtiments s’effondrent. Ici, un nouveau mode de vie prend forme, et même si les graffitis annoncent des jours apocalyptiques, il n’y a aucune raison de paniquer. Résurrection urbaine après le désastre invisible du XXIe siècle.

- le 7/02 : 19h00 | APERO
Apéro survivaliste : dégustation d’insectes.

- le 7/02 : 20H30 | DISCUSSION
Fictions apocalyptiques. La guerre des usages politiques de cet imaginaire décisif.. L’apocalypse présente n’est pas le début de la fin, mais son ajournement perpétuel. La crise permanente n’est plus la crise classique qui signifiait “moment décisif”, fin de la suspension, mort ou salut, c’est l’état du monde, et de sa gestion.

- le 8/02 : 20h00 | FILM + CONCERT
Projection (Unclear holocaust) et Concert (Kawaii mort) dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.

Après

- A des dates non définies : Visite de la tenture de l’Apocalypse au château d’Angers - http://angers.monuments-nationaux.fr/ et cours sur l’icônographie Apocalyptique. Si vous voulez être tenu au courant ou proposer des films, des ateliers, des discussions... Faites-nous signe.



mardi Janvier 2014
18h 00

« Nietzsche et Saint-Paul, Lawrence et Jean de Padmos », préface de Deuleuze à Apocalypse de D.H. Lawrence


Lecture


En écrivant son commentaire de l’Apocalypse, DH Lawrence renverse l’idée qu’on se fait communément du christianisme : ce qu’il prône n´est pas la bonté et le renoncement au pouvoir du Christ ; L´Apocalypse est le récit des faibles — les premiers Chrétiens — qui veulent s´emparer un jour du pouvoir des forts symbolisé par Babylone, c´est-à-dire Rome. D’après Gilles Deleuze, la modernité de l’Apocalypse est moins dans les catastrophes annoncées que dans " l’instauration démente d’un pouvoir ultime, judiciaire et moral. "



lundi Février 2014
20h 30

Las Vegas Méditations


Projection


Entre vacarme de moteurs endiablés et figures acrobatiques extrêmes, des motos surgissent du désert et nous emmènent sur l’autoroute de Vegas.Sur le panneau « Welcome » de la ville, des bancs de touristes se prennent en photo à la chaîne.Dans un bar paumé, un col blanc trentenaire habillé en fan de Trash Metal se demande si sa vie n’est pas une blague. Son brillant groupe de Metal post-apocalyptique Dead Neon en est à sa deuxième démo, il se dit que c’est un début.

Entre ses banlieues abandonnées, l’épuisement radical de ses ressources naturelles, l’immoralité permanente de sa culture,Las Vegas est devenu la ville de la fin du monde, cristallisant toutes nos angoisses, fascinante Babylone de carton-pâte.

Que devient le sens de l’existence lorsque l’on vit dans une ville condamnée à disparaître ? Comment envisage-t-on l’avenir ? Comment est-ce que l’on s’y prépare ?



mardi Février 2014
20h 30

Messianisme, rédemption et métamorphose


Présentation


Au premier chapitre de son ouvrage décisif sur le messianisme juif, Scholem distingue les deux courants essentiels de ce mouvement protéiforme, à la fois religieux et politique : d’un côté, un courant restaurateur, visant au rétablissement du royaume - perdu et détruit - d’Israël ; et, de l’autre, un courant utopique, aspirant à un monde totalement inédit, entièrement nouveau quant à ses formes et quant à ses bases, un monde intégralement rédimé, transformé, métamorphosé.

Ces deux courants se nourrissent à une même source, celle de la tradition prophétique, d’où provient en partie ce qui fut d’abord une doctrine mystique : l’apocalyptique. Cette distinction entre un courant restaurateur et un courant utopique au sein du messianisme juif s’est progressivement muée en une division radicale. C’est cette division qu’il nous faut à nouveau divisé : il s’agit, pour nous, de voir ce qui appartient à l’élément apocalyptique, d’un côté, et ce qui relève de l’élément messianique proprement dit, à partir d’une nouvelle définition du messianisme.

Cette notion connaît un très profond bouleversement grâce aux efforts d’une nouvelle école de la kabbale juive, - qui en figure également le couronnement, - celle d’Isaac Louria, au XVIème siècle. C’est cette kabbale qui, à un siècle de distance, a inspiré l’extraordinaire mouvement messianique de Sabbataï Tsévi, au cours du XVIIème sicèle, et dont les conséquences ont couru jusqu’à la Révolution française - et jusqu’à nous, qui en racontons l’histoire.



mercredi Février 2014
20h 30

L’Anthropocène ("Jusqu’ici tout va bien mais ça pourrait bien être la fin du monde")


Présentation


Les glaciers fondent, Le Soudan, l’Égypte, la Syrie sont en flammes et partout des selfies font face à la dissolution du soi en attendant le grand déluge, une cohorte de zombies ou le prochain ouragan Sandy ou Katrina. Bienvenue à l’ANTHROPOCÈNE : l’ère dans laquelle les humains sont devenus une force assez puissante pour dissoudre la société humaine elle-même, rivalisant avec celle d’un super-volcan ou d’une astéroïde. Les humains, c’est à dire une entité capable de déchaîner des septillions de kilojoules d’énergie terrestre en un instant.

Cette discussion traitera de notre époque : une époque géologique nouvelle au cours de laquelle les humains ont eu un plus grand impact stratigraphique sur la Terre que tout autre processus ou forme naturel. Peuplant cet ère, notre civilisation s’acharne à rester viable, travaillant sans répit à maitriser l’environnement aussi bien qu’elle-même... et toujours au delà de ses propres limites. Le concept d’anthropocène n’annonce pas le triomphe de l’humanité mais son épuisement (du moins dans la forme dans la quelle elle se maintient). Marqué par la fonte de kilomètres de glace, des grandes tranches de côte avalées par la mer, la croissance du désert, l’expansion du flux phamaceutique (pour les humains, les animaux domestiques, les plantes), et l’existence même du film Her, l’Anthropocène s’approprie tout et dans ce mouvement fait grandir le désastre. Cela constitue le tissu et l’environnement de notre vie. L’intervention sera une lecture métaphysico-historique de “l’âge de l’homme”. Nous tenterons un examen post-mortem des infrastructures, peuples, et cours d’eau que les géologues, sous le concept d’anthropocène, se sont mis à étudier comme s’il s’agissait de rochers, de fossiles d’une civilisation morte. Un objectif clé de cette discussion sera de commencer à mettre en mots le sentiment commun qui nait de cette analyse pour lui donner une consistance concrète, élaborer un langage, des paramètres, et une stratégie pour affronter cette nouvelle réalité. Nous voulons forcer cette question : Étant donné que nous habitons dans une ruine, COMMENT VIVRE DANS UNE RUINE ?



jeudi Février 2014
15h 00

Fukushima. Vers le nord ou vers l’ouest : à la recherche d’un paradis en enfer (qui n’existe pas)



Le meilleur moyen de faire face à l’accident nucléaire, c’est de partir : tu abandonnes la terre contaminée et recommences une nouvelle vie ailleurs. Mais c’est pas évident. On va discuter cette difficulté dans le contexte de Fukushima en examinant un livre de Rebecca Solnit, *A Paradise Built in Hell : The Extraordinary Communities That Arises in Disaster *(2010, non traduit en français).



jeudi Février 2014
20h 30

Détroit ville sauvage


Projection


Bienvenu à Détroit, capitale du crime où l’herbe pousse sur les parkings et où les bâtiments s’effondrent. Ici, un nouveau mode de vie prend forme, et même si les graffitis annoncent des jours apocalyptiques, il n’y a aucune raison de paniquer. Detroit Ville Sauvage observe avec intelligence, coolitude, philosophie et distance, les changements dans les paysages urbains à ce moment historique où le “post” s’écrit avant “utopie” ou “dollar”.

D’invisibles désastres ont ruiné la ville. Tout ce qui reste sont des spots radio pour lutter contre l’endettement, des gangs de chiens errants, et un mystérieux tas de bibles calcinées. Mais au delà de ça, les gens ont commencé à se réorganiser en sociétés autonomes, où les pionniers font pousser des légumes et croient de nouveau au futur. Florent Tillon dirige sa camera sélective vers où les nouvelles idées poussent, parmi les ruines du 20ième siècle et de son “progrès éternel”. Et rien que de savoir que quelque chose de nouveau est en train de se passer est déjà en soi une bonne nouvelle…



vendredi Février 2014
19h 00

Dégustation d’insectes


Apéro survivaliste




vendredi Février 2014
20h 30

Fictions apocalyptiques. La guerre des usages politiques de cet imaginaire décisif.


Discussion


L’apocalypse présente n’est pas le début de la fin, mais son ajournement perpétuel. La crise permanente n’est plus la crise classique qui signifiait “moment décisif”, fin de la suspension, mort ou salut, c’est l’état du monde, et de sa gestion. Elle est fin sans fin, apocalypse durable, suspension indéfinie, différemment efficace de l’effondrement effectif, et pour cela état d’exception permanent.

La fiction Apocalyptique (et sa version capitaliste, de la « crise ») qu’elle soit dans la bouches des gouvernants ou des réalisateurs de films est une opération politique à plusieurs étages :

Déstabilisation. Les effondrements boursiers du monde, la mise en cessation de paiement de pays entiers, l’instabilité planétaire la plus fracassante ne doivent pas nous abuser : il n’y a pas présentement de crise du capitalisme en tant que commandement politique global. Ce qu’il y a, c’est un discours capitaliste de la crise, qui forme depuis les années 1970 une nouvelle technique de gouvernement. « Prévenir par la crise permanente toute crise effective ». Cela s’apparente, à l’échelle du quotidien, à la pratique contre-insurrectionnelle bien connue du « déstabiliser pour stabiliser », qui consiste pour les autorités à susciter volontairement le chaos afin de rendre l’ordre plus désirable à la population que la révolution.

Dépolitisation. Dans sa version apocalyptique, le changement vient d’un ailleurs totalement étranger : comète, martiens, dieux, zombies. Parfois plus familier : cataclysme climatique, guerre nucléaire, épidémie. Il en est de même quand il s’agit de la « crise » : marchés, spéculateurs, étrangers ou encore fainéantise. Au final le même effet : les changements majeurs de sont pas l’œuvre des hommes et si elles le sont, c’est contre leur volonté et à leurs dépends. Notre seule attitude possible est la réaction, et au pire l’attente. Et d’ici là, passer le temps.

Anticipation. Dans le même temps, les gouvernements travaillent à une ingénierie toujours plus fine permettant à leur pouvoir et à l’économie de perdurer, quoi qu’il se passe. Pensant les iunfrastructures de communications, de transports ou énergétiques, la résilience devient la science d’un gouvernement durable (face au catastrophe) et diffus (pour tenir, la décentralisation est plus efficace).

Maintenant.

Que peut-on apprendre de ce mouvement ? Comment s’en inspirer, le contrer ? Est-ce qu’une modification des formes de pouvoir appelle une modification des formes de résistances ?

Comment dans la catastrophe qui vient et qui ne vient jamais, dans cette catastrophe d’un temps qui n’est pas vraiment là, faire durer et consister un temps présent ? Comment dans un embrassement, résister à la fatigue et à la peur, le faire durer ? Comment le susciter ?

Comment ne pas revenir à la normale ? Comment s’épaissir ?



samedi Février 2014
20h 00

Unclear Holocaust


Projection


Dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.

Détourné par le L’anti-banalité syndicat. 65 mins U.SS.A.

(Tout le contenu du film est protégé par le Fair Use Clause of the Copyright Act of 1976.) Unclear Holocaust est une longue autopsie du fantasme hollywoodien de la destruction de New-York glanée à travers une cinquantaine d’importants bluckbusters détournés pour réaliser une orgie ininterompue d’images de génocide. C’est un assemblage sans précédent d’énormes doses de capital et de propriété privée et tout ça dans un même film, qui, grâce à la mystérieuse efficacité de sa narration finit par s’anéantir dans un flots de feu, d’eau et d’aéronautique

A.B.U. Communiqué #1
« Un film Terroriste qui cambriole la propagande américaine et explose sur New-York. Tout est anéantit et le monde applaudit. A travers une cinquantaine de blockbusters détournés de leur prétention demokratique, on voit le Cinéma tel qu’il est : une anihilation sans retour, le fantasme d’auto-génocide de masse d’un monde dépressif et mégalomaniaque . L’écran se lève sur l’obscène derrière chaque image. Les personnages et la narration brûlent dans les mouvements brutaux d’une caméra psychotique d’où émane toute la violence. La mise en scène fait l’inventaire de l’arsenal visuel de la domination, enumérant et mesurant la puissance des armes du Spectacle. Le complexe militaro-hollywodien les utilise avec une rigueur exemplaire afin de lancer une attaque pour se prémunir de son ombre, le Terroriste. Et, comme dans toutes les rencontres avec son double, le protagoniste finit par s’auto-détruire. »



samedi Février 2014
22h 00

Kawaii mort


Concert


Dans un lieu tenu secret augmentant ses chances de survie face à l’apocalypse.



texte

On connaît l’apocalypse comme le dernier concept coolifié d’une époque en ruine. Partout on nous dit que la fin est proche. Les chrétiens nous bassinent avec leur mythe salvateur et les forces antagonistes ne cessent de prédire l’effondrement de la civilisation, une sorte de croyance en la rupture, oui, on y a cru un moment parce que les mythes nous atteignent encore. Mais on constate aussi que le monde n’en finit pas, de s’effondrer. Que c’est bien ce sur quoi les nouvelles formes de gouvernementalités sont constituées, sur l’effondrement. Gouverner cet effondrement de catastrophe en catastrophe, de misère existentielle en misère existentielle.

Nous vivons dans une époque en ruine et qui se porte bien. Les ruines sont l’esthétique, le décor au milieu duquel le monde suit sont cours. Je n’ai jamais foutu les pieds à Détroit et pourtant les ruines de cette ville ont déjà colonisé mon imaginaire, je me demande bien si on peut y traîner sans y croiser un photographe. Un nouveau lieu branché s’est formé au sein du ghetto, une sorte de musée à ciel ouvert du post- apocalyptique.

Les américains sont des milliers à se préparer à une catastrophe naturelle ou non, une de celle qui ravagerait la côte Est, une attaque de terroristes ou de zombies. Les « preppers », un mouvement de préparation dans l’attente, celle d’avoir l’opportunité de devenir le héros de sa propre vie, d’avoir le premier rôle de tous ces films hollywodiens catastrophistes que la planète bouffent en permanence. Paraîtrait qu’à Vegas y’a des magasins spécialisés dans la revente de balle anti-zombie, sérieux ? Las Vegas qui en attendant s’apprête à vivre une pénurie de flotte, et regorge de groupe de Métal aux paroles scandant la fin du monde.

Se remettre de Fukushima est un bien grand mot. Les gouvernements ont trouvé dans certaines catastrophes de grandes opportunités de perfectionnement, un réaménagement du territoire, un test de fonctionnement d’une infrastructure ou d’une stratégie de contre-insurection... Pour autant cela reste des catastrophes limitées dans le temps, un ouragan, un raz de marée, un crash économique. Fukushima c’est l’éternité. Fukushima nous montre combien il n’y a pas d’autre monde possible que celui qui est là, pourri par les radiations. De toute façon qui peut encore aujourd’hui se targuer de changer le monde ? Le déclin des contre-sommets nous en donne une certaine preuve. L’alternative maintenant c’est la connexion, la circulation ininterrompu des flux : les assemblées d’Occupy sur tweeter, le cabinet d’Obama qui pense sérieusement à la cyberdémocratie et Google qui se vante de pouvoir négocier son propre Etat où leur plate-forme serait le nouveau pouvoir.

Et merde on peut même plus avoir un bon vieux black out sans que les black Berry continuent à assurer les communications.

Difficile de mêler Apocalypse et devenir révolutionnaire. Peut être qu’il nous faudrait s’attacher à ce qu’il y a de devenir dans ce goût pour le black out. Imaginez les transports parisiens. Un parisien ça passe son temps à être transporté. On dit bien « transporté » comme un paquet. Je te raconte pas le nombre d’heures par jour à être complètement absent. Transporté comme un paquet, et là une panne de métro. Des centaines de paquets bloqués dans les sous-sols de Paris. Mais comme le paquet c’est pas qu’un paquet, le paquet quand il est bloqué il se réanime. Il commence à vivre dans cette nouvelle temporalité, une présence recouvrée, ici/ maintenant. Imaginons si le 4G n’avait pas permis que plus de la moitié des New Yorkais vivent leur ouragan Sandy derrière leur ordinateur à tweeter, retweeter et facebooker encore.

Si on aime le bordel, si on trip sur le black out, c’est qu’on croit à d’autres temporalités que le temps linéaire, que celle du but à atteindre. On croit à d’autres types de présences que celle qui attend de nous d’être des individus connectés, fascinés par la fluidité des métropoles radieuses, ceci est un mythe, explosons le, tout comme celui de la fin du monde.

La fin du monde n’arrivera pas dans un grand éclat spectaculaire, il n’y aura pas de grand soir suffisant, il n’y a pas la fin du monde puis son après. Il n’y a pas de paradis à nous attendre. La révélation on l’imagine maintenant et tout le temps. Fini d’attendre le moment où se serait tellement le bordel que la perspective d’aller bosser serait le truc le plus stupide à faire. Trouvons nous.

Bibliographie

Norman Cohn, Les Fanatiques de l’Apocalypse

L’incendie millénariste, disponible en pdf ici

Jacob Taubes, L’Eschatologie occidentale

Yves Christe pour les premiers siècles chrétiens et la canalisation institutionnelle de l’apocalypse

Daniel Arasse, Le Portrait du Diable

Jérôme Baschet, Justice de l’au-delà, sur le purgatoire, le Jugement dernier

Donald Weinstein sur Savonarole

Caroline Walker Bynum, Fragmentation and Redemption

Millard Meiss, The Black death sur les peintres et la peste à Florence

Joachim de Flore est l’auteur qui a réouvert la possibilité millénariste après l’identification par Augustin de l’Église et du millénaire. Voilà un site avec les diagrammes de ses manuscrits (diagramme de la progression historique des trois âges de l’histoire sur le modèle trinitaire et achevépar l’âge du Saint-Esprit).

Nouvelles du monde

Les messages qui suivent sont issus du réseau social Seenthis.net . Celui-ci permet "du short-blogging sans limite de caractères. De la recommandation de liens. Des automatismes pour rédiger facilement vos messages. Des forums sous chaque billet. De la veille d’actualité. Une thématisation avancée."

Ces message arrivent tout seuls ici et sont là pour donner un peu une actualité et une ambiance de ce qui se passera dans la semaine.

Vous pouvez en rajouter en vous inscrivant sur seenthis et en ajoutant les tags #it_has_begun, #apocalypse, #fukushima ou #ghost dans votre message.

Annihilation - VanderMeer, Jeff
http://audiable.com/wp-content/uploads/COUV-VANDERMEER-Annihilation-PL1SITE.jpg

La Zone X, mystérieuse, mortelle. Et en expansion. Onze expéditions soldées par des suicides, meurtres, cancers foudroyants et troubles mentaux. Douzième expédition. Quatre femmes. Quatre scientifiques seules dans une nature sauvage. Leur but : ne pas se laisser contaminer, survivre et cartographier la Zone X.

Avalé en deux soirs. De très bonnes choses, d’autres qui me laissent un peu sur ma faim, je vais attaquer la suite pour voir si la trilogie est à la hauteur de sa réputation. Quelqu’un.e l’a lue ?
http://audiable.com/boutique/cat_litterature-etrangere/annihilation
#newweird #livres #fantastique #apocalypse #sf #science_fiction #science-fiction


Le 13 février
Supergéante (@supergeante)
https://seenthis.net/messages/569468
#apocalypse - Seenthis

Du narcissisme de l’art contemporain
https://www.lechappee.org/du-narcissisme-de-l-art-contemporain
https://www.lechappee.org/sites/default/files/styles/couverture-fiche/public/ouvrages/du_narcissisme_de_lart_contemporain_0.jpg

Aujourd’hui, en art, tout est possible. Ce que fait l’art dit contemporain en qualifiant tout et n’importe quoi d’artistique – une tâche, une boîte de conserve, un corps sanguinolent, des excréments – est une négation radicale des codes et des règles, de la tradition et des critères de jugement qui, pourtant, imprègnent et structurent encore la plupart des consciences. Délivré des idéaux humanistes et de leur dimension progressiste, cet art épouse le projet du libéralisme libertaire, celui d’une classe sociale dominante, et non celui de tous. Celui d’un monde vide, où règnent le cynisme, l’opportunisme et l’égoïsme.

Les pratiques artistiques qui y sont valorisées visent à bouleverser les comportements et les mentalités dans la jubilation d’une régression narcissique qui transgresse les interdits nécessaires à la construction de soi et à la vie en société. Tous les préceptes civilisationnels sont devenus des objets phobiques et des entraves insupportables à une création adepte de la subjectivité, du relativisme, de la spontanéité et de la jouissance.

Situés dans la sphère freudo-marxiste, les auteurs de ce livre adoptent une approche qui combine sociologie, psychanalyse et histoire. En analysant, à l’aide de cette méthode, des oeuvres d’art considérées comme majeures, ils éclairent le renversement de valeurs opéré par un capitalisme postmoderne qui célèbre le vide, le banal, l’absurde, le déchet, le scatologique, le pornographique et le morbide.

#toread #non_lu #alire #art #marché
Des fois à l’Échappée, ils font un peu flipper avec leur ton derniers « tenants de la morale d’avant l’#apocalypse » mais j’en dirais plus après lecture. (Il y a des chances pour que je sois d’accord avec la critique de ce milieu comme étant un espace d’ultra capitalisme et de libéralisme triomphant, mais peut-être avec d’autres arguments que leur critique de la déraison post-moderne). #asuivre


Le 13 février
Supergéante (@supergeante)
https://seenthis.net/messages/569470
#apocalypse - Seenthis

Pollution record dans les grands fonds marins
http://www.journaldelenvironnement.net/article/pollution-record-dans-les-grands-fonds-marins,79425?xtor=RS
http://www.journaldelenvironnement.net/mediatheque/5/0/8/000020805_5.jpg

Les fosses marines sont parmi les lieux les plus contaminés au monde par les polluants organiques persistants (POPs), dont les PCB, révèle une étude publiée lundi 13 février dans Nature Ecology & Evolution.

Bioaccumulation of persistent organic pollutants in the deepest ocean fauna
http://www.nature.com/articles/s41559-016-0051
Ecotoxicology: Pollutants plumb the depths
http://www.nature.com/articles/s41559-017-0075
#polluants_organiques_persistants #POP #écotoxicologie

N’oublions pas !
L’après #catastrophe #nucléaire de Fukushima avec le « #blog #Fukushima ». http://www.fukushima-blog.com

Le gouvernement japonais et le gouvernement métropolitain de Tokyo inondent l’actualité de promotions pour les Jeux olympiques de 2020 prévus à Tokyo.

Il est donc important de garder à l’esprit les réalités suivantes :

En raison de l’importance des radiations, personne ne peut approcher les réacteurs 1, 2 et 3. Aucune solution pour retirer les coriums n’est envisagée pour au moins 40 ans.

TEPCO utilise 400 tonnes d’eau par jour pour refroidir les cœurs fondus des trois réacteurs dévastés et 400 tonnes supplémentaires s’infiltrent chaque jour dans les bâtiments réacteurs endommagés. De plus, la pluie emporte dans l’océan les matériaux radioactifs restant sur le site.

Le phytoplancton (algues) qui absorbe les isotopes radioactifs de Fukushima nourrit le plancton animal et ses larves microscopiques. Ces microorganismes, première source de nourriture des poissons et des mammifères marins, sont ensuite transportés le long du courant du Pacifique nord jusqu’à la côte ouest de l’Amérique du Nord et se retrouvent en Alaska et au Chili.

Excessive #Radiation Inside #Fukushima Fries Clean-up #Robot
http://gizmodo.com/excessive-radiation-inside-fukushima-fries-clean-up-rob-1792217866
https://i.kinja-img.com/gawker-media/image/upload/s--V7F0p1Di--/c_fill,fl_progressive,g_center,h_450,q_80,w_800/l36rmm7psq02lw9jotye.png

A remotely-controlled robot sent to inspect and clean a damaged reactor at Japan’s Fukushima nuclear plant had to be pulled early when its onboard camera went dark, the result of excess radiation. The abbreviated mission suggests that radiation levels inside the reactor are even higher than was reported last week—and that robots are going to have a hell of a time cleaning this mess up.

#nucléaire #robot_rôti :-/

L’université Paris-Nanterre ferme l’accès de ses masters aux étudiants non européens
Aurore Abdoul-Maninroudine, L’Etudiant, le 9 février 2017
http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universite-paris-nanterre-ferme-acces-masters-etudiants-non-europeens.html

#France #Université #Nanterre #Discriminations #Xénophobie #Racisme_systémique


Le 10 février
Dror@sinehebdo (@sinehebdo)
https://seenthis.net/messages/568687
#it_has_begun - Seenthis

Décontamination maintenant : Que voir, que dire ?
http://www.vacarme.org/article2994.html

Demi-vie à #Fukushima , Mark Olexa et Francesca Scalisi, Suisse, France, 2016, 61’, Japonais
, sous-titré Français, Anglais disponible sur Tënk jusqu’à mi-mars 2017.

Actualités / #Critiques, #Cinéma, Fukushima

China military official: War with US under Donald Trump ’becoming practical reality’ | The Independent
http://www.independent.co.uk/news/world/asia/china-donald-trump-war-us-military-official-practical-reality-preside
https://static.independent.co.uk/s3fs-public/thumbnails/image/2015/05/14/15/chinese-army-reuters.jpg

War with the US under Donald Trump is “not just a slogan” and becoming a “practical reality”, a senior Chinese military official has said.

[...]

Mr Trump and members of his administration have consistently voiced a hard line against China. Mr Trump has branded the country a “currency manipulator” and accusing the country of underhand trading and economic tactics.

But more significantly in security terms, Mr Trump has also ignored the US’s longstanding ‘One China’ policy, publicly engaging with the President of Taiwan, Tsai Ing-wen, in a move that was hugely antagonising for Beijing.

China strongly regards Taiwan as part of its territory and the US has tacitly respected this for decades, but Mr Trump signalled a departure from this policy.

[...]

Further suggestions China is preparing for conflict emerged this week, with unconfirmed reports the military has moved long range missiles closer to the north east border in Heilongjiang province — within firing range of the US.

#it_has_begun


Le 1er février
gwyneth bison (@tintin)
https://seenthis.net/messages/566137
#it_has_begun - Seenthis

Trump Fires Acting Attorney General

WASHINGTON — President Trump fired his acting attorney general on Monday night, removing her as the nation’s top law enforcement officer after she defiantly refused to defend his executive order closing the nation’s borders to refugees and people from predominantly Muslim countries.

https://static01.nyt.com/images/2017/01/31/us/31yates/31yates-master768.jpg
https://www.nytimes.com/2017/01/30/us/politics/trump-immigration-ban-memo.html?smid=tw-nytimesworld&smtyp=cur&_r=0
#Trump #it_has_begun #licenciement #MuslimBan #Sally_Yates #Muslim_ban #opposition #résistance
cc @reka

De Diego à Juan, la naissance d’une image

Georges Lapierre

http://lavoiedujaguar.net/De-Diego-a-Juan-la-naissance-d-une

L’essai de Georges Lapierre Vierge indienne et Christ noir,
une « petite archéologie de la pensée mexicaine »,
paraît en feuilleton, deux fois par mois, sur « la voie du jaguar ».

Le livre de Miguel Sánchez ne se contente pas de relancer le culte de la Vierge de Guadalupe Tepeyac, il achève de donner forme à une représentation mentale qui fait sens. En général le mythe rappelle sous une forme dramatique un événement civilisateur, il en explique l’arbitraire. De la même manière, l’apparition miraculeuse de la Vierge sur la colline Tepeyac reste l’événement fondateur de la société coloniale et, plus largement, de la société mexicaine. L’apparition de la Vierge donne un sens au monde né de la conquête. Mais alors que le mythe, un discours qui révèle le réel, repose avant tout sur la parole et raconte une histoire, la pensée religieuse s’appuie sur l’image qui, elle-même, renvoie à toute une dramaturgie. (...)

#Mexique #histoire #religion #Église #apparition #peuples_originaires #mythologie #Apocalypse


Le 31 janvier
la voie du jaguar (@la_voie_du)
https://seenthis.net/messages/565541
#apocalypse - Seenthis

Everyone laughed when Royal Jordanian made this ad...
https://i.imgur.com/LRQknC3.jpg
#Trump #MuslimBan #visas #USA #Jordan

Stanford historian uncovers a grim correlation between violence and inequality over the millennia
http://news.stanford.edu/2017/01/24/stanford-historian-uncovers-grim-correlation-violence-inequality-mill

La disparition (momentanée) des inégalités ne vient jamais d’une modification volontaire du comportement de l’ordre établi, mais seulement d’une perturbation radicale de ce dernier.

Surveying long stretches of human history, Scheidel said that “the big equalizing moments in history may not have always had the same cause, but they shared one common root: massive and violent disruptions of the established order.”

This idea is connected to Thomas Piketty’s Capital in the Twenty-First Century (2013), a New York Times bestseller Scheidel admires. Piketty found that “inequality does not go down by itself because we have economic development,” Scheidel said. “His book covers only 200 years and argues that only violent intervention can make that happen.”

But Scheidel, who has taught a freshman seminar on long-term inequality, wanted to know if this insight can be applied to all of history. He enlisted the help of Andrew Granato, a senior majoring in economics, to compile a bibliography of more than 1,000 titles. The result is a sweeping narrative about the link between inequality and peace that harkens back to the beginning of human civilization.

#inégalités #violence #ordre_établi

« It is two and a half minutes to midnight » - 2017 Doomsday Clock Statement, par le Bulletin of the Atomic Scientists
http://thebulletin.org/sites/default/files/Final%202017%20Clock%20Statement.pdf [#pdf]

#Horloge_de_la_fin_du_monde
https://fr.wikipedia.org/wiki/Horloge_de_la_fin_du_monde

L’horloge de la fin du monde, ou horloge de l’Apocalypse (Doomsday Clock en anglais), est une horloge conceptuelle créée peu de temps après le début de la guerre froide et régulièrement mise à jour depuis 1947 par les directeurs du #Bulletin_des_scientifiques_atomistes de l’Université de Chicago, sur laquelle minuit représente la fin du monde.

L’horloge utilise l’analogie du décompte vers minuit pour dénoncer le danger qui pèse sur l’humanité du fait des menaces nucléaires, écologiques et technologiques. Depuis le 26 janvier 2017, l’horloge affiche minuit moins deux minutes et demi (23:57:30).

(...)

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4b/Doomsday_Clock_graph.svg/1215px-Doomsday_Clock_graph.svg.png

Doomsday Clock Announcement, 2017
http://clock.thebulletin.org

https://vimeo.com/201154594

Allez, pour se donner un peu de courage : tout n’est pas si sombre, en 1953 l’horloge était à 23h58.

#nucléaire #écologie #changement_climatique


Le 27 janvier
intempestive (@intempestive)
https://seenthis.net/messages/564420
#it_has_begun - Seenthis

THE TWENTIETH DAY OF JANUARY – HiLobrow
http://hilobrow.com/2017/01/20/the-twentieth-day-of-january
http://hilobrow.com/wp-content/uploads/2017/01/allbeury-cover.jpg

J’adore - c’est une des plus belles théories conspirationnistes que j’ai jamais lu. Pour faire aussi fort il faut remonter au moins jusqu’aux illuminati . Bonne lecture :-)

This really obscure British spy novel, written by Ted Allbeury, who was a contemporary of Len Deighton’s. It’s called The Twentieth Day of January. It was published in 1981. I can’t begin to tell you how many times I’ve been told that it is Donald Trump’s favorite thriller.

THEORY OF EVERYTHING: I thought Donald Trump hasn’t read any books?

“JOSH GLENN”: Well, I heard about this book everywhere. From spy novel fans in New York, Los Angeles, Cincinnati, Miami, Jersey City, Dallas — even London, Paris, and Prague.

In each case, this was from someone who had encountered Trump in the late ’80s — when Trump was first rising as a celebrity. One woman used to work backstage on Oprah’s show — Trump talked to her about the book in the green room. There was a guy who worked as crew on Trump’s yacht — what was it called? The Trump Princess? And one guy had been a pilot on one of Trump’s Sikorsky helicopters. For a couple of years there, Trump apparently talked the book up to everyone he met — so enthusiastically that, years later, they remembered.

Now, I never paid any attention to this. I had no interest in reading an obscure spy novel just because Trump liked it. But then over Christmas after the election, I was visiting family in Bozeman, Montana. And there it was, in a used bookstore: The Twentieth Day of January.

http://hilobrow.com/wp-content/uploads/2017/01/allbeury-back.jpg

THEORY OF EVERYTHING: And? Is it good?

“JOSH GLENN”: No, it’s terrible. The plot is ridiculous. A Republican — Logan Powell — has just been elected president. This guy has never been in politics before, but he beats a crowded field of experienced politicians to become first a senator, then president. He’s from a wealthy East Coast family, but he sells himself as a populist. And his big idea is — he wants the US and Russia to be friends. And despite opposition from within his own party, this guy wins the election.

THEORY OF EVERYTHING: This is kind of a weirdly prescient novel!

http://hilobrow.com/wp-content/uploads/2017/01/Churkin_20thDay-e1484849583326.png

“JOSH GLENN”: I’m just getting started! With only a month to go before the inauguration — on the 20th day of January — an officer in Britain’s intelligence service (!) who’d spent years under diplomatic cover working for the agency, MI6, in Russia and Paris and London, gets wind of a plot by the Kremlin to influence the US election.

etc. #wtf #politique #littérature #it_has_begun

Russia Moves to Soften Domestic Violence Law - The New York Times
https://www.nytimes.com/2017/01/25/world/europe/russia-domestic-violence.html
https://static01.nyt.com/images/2017/01/26/world/26Russia-video/26Russia-video-facebookJumbo.jpg

MOSCOW — Russian lawmakers on Wednesday moved to decriminalize some forms of domestic battery for first-time offenders who do not do serious physical harm to their victims.

Members of the State Duma passed the controversial amendment to the Russian criminal code in its second reading, which essentially assures it will go to President Vladimir V. Putin for his signature.

#décadence #violences_conjugales décriminalisée

En fait je cherche un tag qui regrouperait tout ce ui, en ce moement, nous ramène en arrière (Ces lois scélérates, Trump, Valls, Fillon, la Hongrie, etc...). Je ne sais pas si décadence est la meilleure alternative ou s’il faut trouver autre chose.



CONTACT

Email
agi-rennes arobase riseup point net

Adresse
Hébergé chez l'association APRIL
37 rue legraverand
35000 Rennes, France.

NOUS SUIVRE

Un mini-site de la Maison de la Grève